Connect with us

Santé

CBD pour l’anxiété occasionnelle, recherche scientifique

« Le CBD peut-il m’aider à lutter contre mon anxiété ? » est probablement une question que vous vous posez encore plus maintenant, en cette période étrange et sans précédent à laquelle nous sommes confrontés en raison de la pandémie et des troubles. Dans le meilleur des cas, il existe un lien certain entre le stress permanent et l’anxiété légère de tous les jours(1)et maintenant, plus que jamais, il est utile d’avoir des options dans notre boîte à outils pour nous aider à mieux faire face aux effets de l’anxiété et du stress quotidiens.

En général, l’anxiété peut être une réponse compréhensible aux nombreux événements stressants que la vie nous réserve. Les résultats du stress peuvent également avoir des effets sur le corps, notamment des maux de tête, des tensions musculaires et des difficultés à dormir.

L’anxiété légère et quotidienne est complexe et il n’existe pas de solution unique, mais un nombre croissant d’études préliminaires sur le cannabidiol (CBD) est de très bon augure pour son utilisation en tant que supplément pour les personnes qui font face au stress et à l’anxiété quotidiens.

Jusqu’à présent, la plupart des recherches sur le CBD et l’anxiété chez l’homme ont porté sur le trouble d’anxiété sociale (TAS), mais nous pouvons apprendre beaucoup de la littérature de recherche qui aide à soutenir l’idée d’utiliser le CBD pour gérer le stress de l’anxiété occasionnelle, ce qui est le sujet de cet article.

Pourquoi le CBD est-il utile pour l’anxiété ?

Notre propre système endocannabinoïde (ECS) joue un rôle essentiel dans la modulation de notre réponse à l’anxiété et à la peur, et dans la gestion du stress.(2)En fait, l’ECS semble être comme un chef d’orchestre, qui supervise et dirige de nombreux autres systèmes physiologiques dans notre corps afin qu’ils travaillent en harmonie pour maintenir un équilibre dynamique et optimal.

Cependant, une exposition prolongée au stress peut avoir un effet néfaste sur le SCE. Au fil du temps, le stress prolongé altère l’activité des récepteurs CB1 qui sont impliqués dans le traitement des émotions.(3)Il augmente également les niveaux de l’enzyme amide hydrolase d’acide gras (FAAH), qui décompose l’anandamide endocannabinoïde, de sorte que nous avons moins de cette substance naturelle utile dans notre système.(4)

Lorsque le système endocannabinoïde ne fonctionne pas de manière optimale, nous pouvons nous sentir anxieux et incapables d’oublier des souvenirs négatifs ou de ressentir du plaisir. Une étude a même révélé une relation inverse entre les niveaux d’anandamide et la gravité de l’anxiété, à savoir que plus les niveaux sont bas, plus l’anxiété est grave.(5) Il n’est donc pas difficile de penser que l’augmentation des faibles niveaux d’anandamide pourrait nous aider à nous sentir moins anxieux. Cela s’est avéré être le cas, du moins dans une étude animale, où les chercheurs ont découvert que le blocage de la FAAH chez les souris dont les niveaux d’anandamide étaient réduits en raison d’une anxiété induite par le stress, inversait la déficience et réduisait les comportements anxieux.(6) Il a été démontré que notre ami le CBD conserve l’anandamide plus longtemps dans notre système en utilisant des mécanismes similaires.(7)

Plus on en sait sur le SCE, plus son importance semble grande. Le système ECS fonctionne non seulement via l’activation de ses récepteurs cannabinoïdes CB1 et CB2, mais il peut également interagir, de manière potentiellement utile, avec d’autres systèmes de neurotransmetteurs. Par exemple, de faibles niveaux du neurotransmetteur sérotonine sont associés à la fois à la dépression et à l’anxiété.(8)Et des recherches suggèrent que la CBD interagit avec les récepteurs qui soutiennent des niveaux normaux de sérotonine.(9) De plus, une étude sur des souris montre que l’anandamide travaille étroitement avec l’ocytocine, la substance naturelle connue pour renforcer notre propension à la participation et au lien social, qui sont des comportements souvent inimaginables lorsque nous nous sentons anxieux.(10)

Bien que le CBD soit utile pour aider le stress quotidien commun, il n’est pas destiné à diagnostiquer, traiter, guérir ou prévenir une quelconque maladie.

Dites-m’en plus sur la recherche sur le CBD pour l’anxiété !

Le CBD a été étudié pour ses effets sur l’anxiété depuis plusieurs années. La plupart des études sont des études précliniques ou animales, mais les études humaines sur le CBD et l’anxiété ont considérablement augmenté ces dernières années, et les preuves sont positives.(11)

Une revue scientifique de 2015 a conclu que le CBD a un potentiel considérable pour aider à lutter contre l’anxiété quotidienne ou occasionnelle.(12)L’amygdale est une zone du cerveau connue pour être cruciale dans le traitement des expériences intenses qui déclenchent notre réaction de combat ou de fuite. Parfois, nous ne sommes pas en mesure de traiter complètement les expériences effrayantes qui se sont produites dans le passé, et nous pouvons devenir plus vulnérables à des sentiments anxieux à l’avenir, même en l’absence de tout déclencheur évident. Une étude a démontré que l’augmentation des niveaux d’anandamide dans l’amygdale des souris les aidait à oublier les événements effrayants.(13)Qui plus est, la CBD a eu le même effet chez l’homme dans une étude portant sur 48 volontaires.(14)

Le potentiel du CBD pour aider à lutter contre l’anxiété s’étend au-delà du système endocannabinoïde lui-même. Les études sur les animaux indiquent que le CBD interagit de diverses manières avec le système de neurotransmetteurs de la sérotonine et qu’il a été démontré qu’il bloque les effets négatifs des souvenirs de peur par ce mécanisme également.(15,16) Dans une étude, le CBD a également soutenu un rythme cardiaque normal et réduit les niveaux de stress des rats soumis à des conditions stressantes.((17)Cela a conduit les chercheurs à suggérer qu’il existe des preuves substantielles pour envisager l’utilisation du CBD comme soutien complémentaire pour l’anxiété et le stress quotidien chez les humains.(18,19)

Plusieurs études montrent que le CBD peut favoriser la formation normale de nouveaux neurones dans la région de l’hippocampe du cerveau, ce qui est censé renforcer encore ses effets bénéfiques sur l’anxiété.(20)

Les résultats d’études d’imagerie cérébrale corroborent le fait que la CBD soutient les zones du cerveau associées aux processus émotionnels et cognitifs et à la mémoire. Les images cérébrales de sujets sains à qui l’on a administré du CBD suggèrent que le sentiment de relaxation qu’ils ont signalé est en corrélation avec l’activité des zones limbiques et paralimbiques du cerveau.(21)Dans une autre étude, des changements similaires ont été observés sur l’imagerie cérébrale chez des sujets anxieux à qui l’on a administré du CBD. Ils ont également signalé une diminution significative des symptômes d’anxiété. Les sujets recevant un placebo n’ont pas montré les mêmes effets sur l’imagerie cérébrale et n’ont pas signalé de changements significatifs dans l’anxiété occasionnelle. Là encore, on a observé que le CBD influençait les régions limbiques et paralimbiques du cerveau.(22)

Une étude contrôlée randomisée menée en 2011 a recréé une situation susceptible d’induire de l’anxiété chez la plupart des gens, à savoir la prise de parole en public. Les participants ont été répartis dans un groupe CBD ou un groupe placebo. Leur niveau d’anxiété situationnelle a été mesuré à l’aide de mesures subjectives autodéclarées et de mesures physiologiques objectives (par exemple, la fréquence cardiaque et la pression artérielle). Le groupe traité au CBD a montré une anxiété, des troubles cognitifs et une gêne significativement moindres lors de la prise de parole en public par rapport au groupe placebo.(23)

Quelle quantité d’huile de CBD et à quelle fréquence ?

Les études sur le CBD ont tendance à utiliser des formes isolées. Il est donc un peu difficile de traduire les quantités utilisées dans la recherche en quelque chose de pratique et d’applicable aux extraits de chanvre à spectre complet riches en CBD. Ce que l’on sait, c’est que des quantités beaucoup plus élevées d’isolats de CBD sont nécessaires pour obtenir l’effet désiré. Cela a été vérifié dans une méta-analyse d’essais portant sur des études utilisant des extraits riches en CBD par rapport à des isolats de CBD. Les résultats ont montré que les patients parvenaient à contrôler leurs moments de stress avec des quantités de CBD beaucoup plus faibles lorsque le CBD fait partie d’un extrait de chanvre à spectre complet.(24)

Les études sur les animaux ont démontré que le CBD présente des avantages significatifs à partir d’une certaine quantité utilisée, et peu d’avantages à partir de quantités plus faibles ou plus élevées.(25)En termes plus simples, cela signifie qu’une fois que vous avez trouvé la portion qui vous convient le mieux et qui répond aux besoins de votre style de vie, vous n’obtenez pas beaucoup d’avantages en prenant plus ou moins que cette quantité. Chacun d’entre nous a un « point idéal » personnel, basé sur la chimie de son corps, et le fait de trouver ce point constitue la base d’une routine de bien-être bénéfique à base de CBD.

Les prochaines étapes de la recherche sur le CBD pour l’anxiété

Une revue de 2017 des essais précliniques et cliniques qui ont examiné la CBD pour diverses formes d’anxiété situationnelle a confirmé à quel point les preuves sont prometteuses, et a également déclaré la nécessité de poursuivre les essais cliniques.(26)La plupart des études cliniques examinant la CBD pour l’anxiété situationnelle ou occasionnelle ont été petites et à court terme, mais les résultats ont été suffisamment convaincants pour inspirer d’autres essais cliniques. Actuellement, plusieurs de ces études sont en cours de réalisation. L’une d’elles examine l’efficacité de l’utilisation de 25 mg de CBD provenant d’un extrait de chanvre à spectre complet sous forme de capsules de gel mou sur une période de douze semaines.(27)

Une autre étude évaluera les effets du CBD sur l’anxiété occasionnelle en utilisant une teinture sublinguale (sous la langue) de CBD dérivé de plantes entières, trois fois par jour pendant quatre semaines.(28)En outre, un essai clinique de phase II examinera le CBD pour l’anxiété sociale ainsi que les changements dans les niveaux d’endocannabinoïdes.(29)

Pour résumer

La recherche sur le CBD pour l’anxiété situationnelle et occasionnelle renforce ce que l’on sait depuis un certain temps sur le système endocannabinoïde, à savoir que l’un de ses principaux objectifs est de maintenir l’équilibre physiologique en nous aidant à récupérer des effets du stress de toutes sortes.(30) De multiples études montrent que le SCE communique avec les régions du cerveau qui modulent l’humeur, la motivation, la mémoire et la façon dont nous vivons le stress. Le CBD semble soutenir toutes ces activités. Il contribue également à promouvoir le fonctionnement optimal du système endocannabinoïde de plusieurs façons, notamment en influençant la FAAH, l’enzyme qui décompose l’anandamide, notre propre endocannabinoïde, lorsque notre réserve de cette substance naturelle qui nous fait du bien a été épuisée. Au-delà du système endocannabinoïde, le CBD soutient le système de neurotransmetteurs de la sérotonine et l’activation de l’ocytocine, une substance qui crée des liens sociaux.

Pour toutes ces raisons, essayer des extraits de chanvre à spectre complet et à forte teneur en CBD pour traiter l’anxiété occasionnelle peut être une excellente approche de l’autogestion de la santé, en particulier lorsqu’elle fait partie d’un plan complet comprenant une alimentation saine, un exercice régulier et des pratiques visant à réduire le stress.

Pour en savoir plus sur tout ce qui concerne le CBD, inscrivez-vous à notre liste de diffusion, lisez notre page de ressources CBD 101, consultez notre huile et nos gommes CBD, ou écrivez-nous.

Références

Arnsten, A. Stress signaling pathways that impair prefrontal cortex structure and function. Nature Reviews Neuroscience.10, 410-422(2009)Lutz, B et al. The endocannabinoid system in guarding against fear, anxiety, and stress. Nat Rev Neurosci. 2015;16(12):705-718Hillard CJ Stress regulates endocannabinoid-CB1 receptor signaling. Seminars in immunology, 26(5), 2014, 380-388Hill, MN et al. La suppression de la signalisation endocannabinoïde amygdalienne par le stress contribue à l’activation de l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien. Neuropsychopharmacology 34,13 2009 : 2733-45Hill, M N et al. Serum endocannabinoid content is altered in females with depressive disorders : a preliminary report. Pharmacopsychiatrie vol. 41,2, 2008 : 48-53Bluet, RJ et al. La déficience centrale en anandamide prédit l’anxiété induite par le stress : inversion comportementale par l’augmentation des endocannabinoïdes. Transl Psychiatry (2014) 4, e408 ; doi:10.1038/tp.2014.53Bedse, Gaurav et al. Therapeutic endocannabinoid augmentation for mood and anxiety disorders : comparative profiling of FAAH, MAGL, and dual inhibitors. Psychiatrie translationnelle vol. 8,1 92. 26 avr. 2018https://www.sciencedaily.com/releases/2008/02/080204094507.htmhttps://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6161644/Wei, D et al. Endocannabinoid signaling mediates oxytocin-driven social reward.PNAS November 10, 2015 112 (45) 14084-14089 ; first published October 26, 2015 https://doi.org/10.1073/pnas.1509795112Russo, EB et al. Agonistic properties of cannabidiol at 5-HT1a receptors. Neurochem Res. 2005 Aug;30(8):1037-43Blessing EM, et al. Le cannabidiol comme traitement potentiel des troubles anxieux. Neurotherapeutics 2015 ; 12:825-836Gunduz-Cinar, O et al. Preuve translationnelle convergente d’un rôle pour l’anandamide dans l’extinction de la peur médiée par l’amygdale, le traitement de la menace et la réactivité au stress. Molecular psychiatry vol. 18,7 2013, 813-23. doi:10.1038/mp.2012.72Das RK, et al. Cannabidiol enhance consolidation of explicit fear extinction in humans. Psychopharmacology (Berl) 2013 ; 226:781-792Campos A et al. Le cannabidiol bloque les conséquences comportementales durables du stress lié à la menace du prédateur : Implication possible des récepteurs 5HT1A. Journal of Psychiatric Research 46 (2012) 1501e1510Norris C et al. Le cannabidiol module la formation de la mémoire de la peur par des interactions avec la transmission sérotonergique dans le système mésolimbique. Neuropsychopharmacology (2016) 41, 2839-2850Resstel, B M et al. Les récepteurs 5-HT1A sont impliqués dans l’atténuation induite par le cannabidiol des réponses comportementales et cardiovasculaires au stress aigu de contention chez le rat. British journal of pharmacology vol. 156,1 (2009) : 181-8Bitencourt RM et Takahashi RN. Le cannabidiol comme alternative thérapeutique pour le trouble de stress post-traumatique : From Bench Research to Confirmation in Human Trials. Front. Neurosci. 12:502.doi : 10.3389/fnins.2018.0050Chhatwa, J et al. Enhancing Cannabinoid Neurotransmission Augments the Extinction of Conditioned Fear. Neuropsychopharmacologie (2005) 30, 516-524Soares V et Campos A. Preuves des actions anti-panique du cannabidiol. Curr Neuropharmacol 2017 ; 15:291-299Crippa JA et al. Effets du cannabidiol (CBD) sur le flux sanguin cérébral régional. Neuropsychopharmacologie 2004 ; 29:417-426Crippa JA et al. Base neuronale des effets anxiolytiques du cannabidiol (CBD) dans le trouble d’anxiété sociale généralisée : un rapport préliminaire. J Psychopharmacol 2011 ; 25:121-130Bergamaschi, Mateus M et al. Le cannabidiol réduit l’anxiété induite par la simulation d’une prise de parole en public chez des patients naïfs de traitement de phobie sociale. Neuropsychopharmacologie. 36,6, 2011, 1219-26Pamplona, FA et al. Avantages cliniques potentiels des extraits de cannabis riches en CBD par rapport au CBD purifié dans l’épilepsie résistante au traitement : Observational Data Meta-analysis. Front Neurol. 2018 Sep 12;9:759Gallily, R et al. Surmonter la dose-réponse en forme de cloche du cannabidiol en utilisant un extrait de cannabis enrichi en cannabidiol. Pharmacologie & Pharmacie, 2015, 6, 75-85Lee, JLC et al.Régulation par le cannabidiol de l’émotion et du traitement de la mémoire émotionnelle : pertinence pour le traitement des troubles liés à l’anxiété et à la toxicomanie. Br J Pharmacol.2017 Oct;174(19):3242-3256. doi : 10.1111/bph.13724. Epub 2017 Mar 9https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT03549819https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02548559https://clinicaltrials.gov/ct2/show/results/NCT04086342Russo, E. La déficience endocannabinoïde clinique reconsidérée : La recherche actuelle soutient la théorie dans la migraine, la fibromyalgie, le côlon irritable et d’autres syndromes résistants au traitement 2016 Jul 1. doi : 10.1089/can.2016.0009

Lire la suite
Clic pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ARTICLES POPULAIRES